Biographie

Portrait

« Si la peinture d’Isabelle Zutter évoque immédiatement le sud, ce n’est pas le grand sud des cartes postales. De sa peinture tout en maîtrise et en féminité, il ressort un esprit méridional authentique, un parfum de mistral et de tramontane, le souffle d’une culture à part, ou les amis, les rires et les traditions, sont de mise. Elle peint ainsi, avec brio et élégance cette ambiance choisie, laissant au spectateur le bon soin de faire pour elle, parler la toile. »

« C’est dans un univers coloré et joyeux, qu’évolue la peintre. Cette native de Montpellier, qui peint depuis 30 ans, a fait de sa passion pour la peinture un mode de vie. Brocantes, scènes d’intérieures, plages et terrasses, lumières et contrastes nourrissent sa créativité. Assoiffée de connaissances, éprise de technique. Isabelle est une artiste à l’optimisme indestructible et profondément communicatif. Et, lorsqu’elle n’est pas dans un musée à nourrir son regard curieux, ou absorbée par la contemplation des reproductions de Sorolla, elle se lance avec la légèreté d’une escrimeuse, à l’assaut d’une nouvelle toile … »

Arnaud Dimberton (« Plaisir de peindre »)

Inspiration

C’est souvent un détail qui va me faire rebondir sur un thème. Je fais souvent des tables d’été, des scènes d’apéros, des instants en famille. J’aime aussi les objets qui racontent une histoire, les vieilles chaises, les linges anciens, les meubles industriels, les objets abîmés qui ont du vécu. C’est en me promenant aux puces de Montpellier que l’idée des scènes de brocante m’est venue.

Je suis avant tout attirée par la lumière qui va se poser sur des objets. Bien entendu l’élément narratif est important, mais c’est avant tout une histoire qui me parle. La proximité de couleurs complémentaires est également un élément déclencheur. Ma peinture est avant tout le reflet de mon état d’esprit.

Parcours

Après un BAC Arts Plastiques, elle rentre au CREAR une école de graphisme à Paris.

Elle apprend à peindre de manière autodidacte.

Au Musée Fabre, elle fait des copies de tableaux, et les peintres Montpelliérains comme Bazille ou Cabanel entre dans son Panthéon au cotés de Vélasquez, Sorolla, Manet, Courbet.

En 2010, elle rencontre François LEGRAND, Eric BARI et Christoff DEBUSSCHERE (peintres officiels de l’air et de la marine) tous initiés par Philippe LEJEUNE à l’école d’Etampes. Ils marquent un tournant déterminant dans son approche de la peinture.

Au côté de ces peintres qu’elle admire, elle trouve les clés nécessaires à l’évolution de sa peinture  pour lui donner une dimension nouvelle, faite de formes, de couleurs et de lumière. Ils l’aident à concrétiser le formule de Maurice Denis : « Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées« .

Récompenses

Médaille de bronze au Salon des Artistes Français (2012)

Prix Univers des Arts du Salon des Artistes Français (2015)